Votre psychologue pratique les Bilans Psychologiques : Bilan intellectuel (QI) et Tests de personnalité

Pourquoi un bilan psychologique, et notamment intellectuel ?

Pour un enfant ou un adolescent, la demande à établir un bilan psychologique peut se faire par :

  • Les parents eux-mêmes,
  • L’établissement scolaire,
  • Un professionnel de la santé (médecin, pédiatre, psychiatre, orthophoniste,…).

Cette demande peut intervenir après avoir observé chez l’enfant un comportement, ou un attitude, qui questionne :

  • Des difficultés scolaires ou d’apprentissage,
  • Une attitude désinvolte ou agressive,
  • Des troubles du comportement ou une agitation inquiétante (agitation, agressivité, inhibition, ennui, isolement, retrait social, mal être…),
  • Une tristesse profonde,
  • Un côté « trop sage », une solitude ou un isolement,
  • Une curiosité exacerbée,
  • Des aptitudes intellectuelles étonnantes ou un questionnement quant à une éventuelle précocité intellectuelle,
  • Une maladresse dans les rapports sociaux ou une difficulté à se faire des copains,
  • Des problèmes de communication,
  • Une anxiété et un stress,
  • Un trouble de l’attention ou une difficulté à se concentrer,
  • La difficulté à être dans une seule tâche à la fois,
  • La difficulté à trouver son orientation,…

Qu’est-ce qu’un bilan psychologique ?

Un bilan psychologique est une photographie du fonctionnement de l’enfant à un moment donné de son parcours.

Le bilan est une situation relationnelle dans laquelle le psychologue va utiliser une série de tests standardisés et3520-5370 validés.

L’objectif du bilan est de comprendre la nature, la gravité et le sens des difficultés actuelles de l’enfant et d’évaluer leur poids dans l’équilibre psychologique général.

Le bilan permet de repérer avec précision où en est l’enfant à la fois sur le plan de son fonctionnement intellectuel et de son fonctionnement affectif. Il permet de répondre à la question : Qu’est ce qui se passe ?

Faire un bilan c’est explorer comment l’enfant se situe face aux apprentissages.

  • Comment il restitue, comment il mémorise, comment il mobilise ses capacités d’attention, quelles stratégies il met en œuvre, quels sont ses points forts, ses points faibles, comment il gère son stress, quels sont les facteurs émotionnels qui entravent ses capacités d’apprendre,…
  • Mais aussi comment sa personnalité est-elle structurée, peut-on repérer des troubles psychologiques qui viennent perturber ses apprentissages, comment négocie t-il entre ces différents secteurs de personnalité,…

L’analyse des résultats du bilan donne des indications précises sur le type d’aide ou de prise en charge à mettre en place : comment aider cet enfant là. En étant le plus efficace possible car on sait sur quoi travailler, ce qui est en jeu.

Dans un bilan, on se recherche pas uniquement pourquoi ça ne marche pas mais comment faire pour que ça marche.

Il n’y a pas de bons ou de mauvais résultats à un bilan. Un bilan permet toujours d’apporter des réponses et une compréhension fine du fonctionnement de l’enfant. C’est un outil précieux pour mieux comprendre et accompagner son enfant sur la voie du plein épanouissement.

courbe_gauss2

Qui peut réaliser des bilans psychologiques ?

Les bilans psychologiques sont réalisés par des psychologues formés aux outils et techniques qu’ils pratiquent. Ils sont les seuls habilités pour leur analyse et leur interprétation.

Les outils du bilan psychologique :

bilan-psychologiqueIl existe un grand nombre de tests qui poursuivent des objectifs complémentaires : échelles d’intelligence, tests d’aptitudes et de raisonnements, tests de mémoires, d’attention, de structures logiques,… mais aussi épreuves de personnalité, questionnaires de comportements, échelles d’anxiété, de dépression, tests de motivation, etc. Des bilans de compétences et d’orientations peuvent aussi être utilisés pour les adolescents.

Le choix des outils utilisés dans le bilan :

Le choix des tests est fait par le psychologue en fonction de la nature de la demande, de l’objectif poursuivi et des hypothèses cliniques préalables. Au cours de la demande, de l’objectif poursuivi et des hypothèses cliniques préalables. Au cours du bilan psychologique, le psychologue fait évoluer ses hypothèses et adapte les épreuves en conséquence. De cette façon, il peut explorer le plus précisément possible les difficultés et atouts de l’enfant pour définir au mieux le diagnostic et la prise en charge à mettre en place.

Les échelles d’intelligence générale

Les plus connues et reconnues sont les échelles de Wechsler (WISC-IV, WPPSI-III, WAIS-IV), ainsi que le K-ABC-II de Kaufman et Kaufman. Ces échelles sont une base fondamentale du bilan psychologique car leur aspect général offre la possibilité d’explorer un grand nombre de secteurs cognitifs et intellectuels. Elles permettent de mettre en exergue les secteurs fragilisés qui nécessitent une exploration complémentaire, mais aussi les ressources et les domaines de compétence de l’enfant. Ces échelles confrontent l’enfant à une multitude de tâches, pour la plupart nouvelles, ce qui permet d’observer la capacité de l’enfant à s’adapter à la nouveauté de la situation et à gérer l’anxiété qui en découle. Les échelles d’intelligence sont régulièrement réétalonnées.

WISC-IV (Test d’intelligence pour Enfants – 4ème édition)

C’est une échelle d’intelligence pour enfants conçue pour évaluer l’intelligence générale. Le test permet de comparer le potentiel intellectuel d’unart-thérapie-mamedecine enfant à un groupe d’enfants de même âge.
Le QI n’est pas une mesure de l’intelligence mais un score relatif.
Le WISC est validé sur le plan international et utilisé dans le monde entier.

Le test distingue quatre dimensions de l’intelligence et se répartit en quatre sous-échelles (Compréhension Verbale, Raisonnement Perceptif, Mémoire de Travail, Vitesse de Traitement) :

L’échelle de Compréhension Verbale sollicite des capacités de conceptualisation et de raisonnement verbal, de compréhension de l’environnement et d’adaptation sociale, évalue le niveau des acquisitions disponibles, l’étendue et la précision du vocabulaire.

L’échelle de Raisonnement Perceptif évalue la mise en acte pratique de l’intelligence dans la résolution de problème et la capacité de mobiliser ses ressources cognitives face à des situations nouvelles. Elle fait appel aux capacités perceptives, à l’organisation et à la représentation dans l’espace, aux capacités d’analyse et de raisonnement abstrait.

L’échelle de Mémoire de Travail met en évidence la capacité de l’enfant à conserver pour un temps très court des informations en mémoire, et à manipuler mentalement ces informations.

L’échelle de Vitesse de Traitement fournit une mesure de l’aptitude de l’enfant à traiter rapidement et séquentiellement les informations visuelles simples.

Les scores obtenus aux différents subtests sont transformés en quatre Indices et un QI Total. Le QI Total traduit le niveau intellectuel global. La valeur moyenne des indices et du QI Total est de 100 avec un écart-type de 15.

Les épreuves de personnalité

Ces épreuves ont pour objectif de mieux comprendre la personnalité de l’enfant. Elles explorent également son fonctionnement psycho-affectif et émotionnel. Elles sont de deux types :

  • Les questionnaires centrés sur un aspect des troubles de l’enfant (anxiété, phobie, dépression, estime de soi,…) qui éclairent la compréhension de la problématique de l’enfant.
  • Les épreuves projectives qui mettent en évidence l’organisation de la personnalité de l’enfant (Rorschach, TAT, Test Z,…).

Source : http://www.cogitoz.com/PI.aspx?PLinkId=13&PT=100